Vous êtes ici

GEI - Souper-causerie, Conférence annuelle et Atelier clinique, et Conférence de l'IAPSP

Le Groupe d'étude sur l'intersubjectivité (GEI)
vous invite cordialement aux dernières activités 2018-2019

Avez-vous répondu au

Sondage sur les activités du GEI?

Après 16 années d’existence, nous avons senti le besoin de faire le point avec vous. Nous souhaitons connaître... votre degré de satisfaction au sujet des diverses activités du GEI. Est-ce qu’elles répondent ou non à vos attentes, à vos intérêts, à vos besoins? Quels changements aimeriez-vous y voir?

Nous avons mis en ligne un court sondage avec des questions à choix multiples ainsi que des espaces où vous pouvez élaborer au besoin. Nous espérons que vous serez nombreux à y répondre. Si vous ne l’avez pas encore fait, nous vous invitons à le remplir dès maintenant (la campagne se poursuivra jusqu’au 15 octobre). Les résultats seront analysés et présentés à l'Assemblée générale annuelle (AGA) de novembre prochain.

Le lien suivant vous mènera à un formulaire anonyme sur Google Forms : Sondage sur les activités du GEI.

Monique Dubé et Jean-François Bernard
Pour le CA du GEI

Souper-causerie 2019

Quand nos besoins font irruption dans l’espace thérapeutique :
terminaisons et interruptions imposées en psychothérapie

Changement de date -> Le vendredi 14 juin 2019, à 18h00 (jusqu'à environ 21h00)
Au restaurant La sirène de la mer, 114, avenue Dresden
(segment de la rue Jean-Talon Ouest), Ville Mont-Royal

Les terminaisons, temporaires ou définitives, imposées aux patients en psychothérapie constituent souvent une intrusion des besoins personnels du thérapeute dans l’espace thérapeutique. Alors que toute notre formation et notre expérience nous a menés à mettre nos besoins personnels entre parenthèses avec nos patients, la décision de faire le choix contraire ne peut qu’être très anxiogène pour nous. Que ce soit parce que la thérapeute est malade, enceinte, ou, plus radicalement, se relocalise ou se retire de la pratique, ces décisions imposées aux patients peuvent compromettre le travail entrepris, être traumatiques pour les deux participants et parfois, dans les meilleurs des cas, être l’occasion d’un engagement plus profond et significatif. Ces situations constituent un défi alors que tout ce que le thérapeute promettait explicitement et implicitement -la sécurité, la consistance et la confiance- peut alors sembler complètement détruit.

Comment chacun de nous envisage-t-il ces inévitables turbulences? Est-ce que nous évitons d’y penser, d’en parler? Pourquoi est-ce un sujet si peu traité autant dans la littérature que dans nos échanges professionnels? Autant que nos patients, nous avons aussi nos histoires de pertes, d’avoir été abandonné et d’avoir abandonné. Comment vivons-nous ces situations? Comment pouvons-nous envisager cette étape de notre travail avec nos patients de manière émotionnelle, éthique et responsable?

La tradition annuelle du GEI de partage de nos expériences de thérapeutes dans un climat à la fois réflexif et festif renforce et enrichit les liens de notre communauté professionnelle. Au cours de la soirée, quelques collègues présenteront un témoignage sur le thème choisi et des échanges informels suivront en grand groupe et au cours du repas.

Si vous désirez présenter un témoignage, veuillez s.v.p. contacter Sylvie Ledoux.

Pour avoir plus d’informations et pour vous inscrire, rendez vous à la page du Souper-causerie 2019 sur le site web du GEI. Les tarifs d'inscription incluent le repas à 4 services, les taxes et le service. Le vin est en sus. La période d'inscription se termine le jeudi 13 juin (inclusivement).

16e Conférence annuelle du GEI,
avec Lynne Jacobs

Espoir et appréhension,
honte et dignité dans la relation thérapeutique

Le samedi 28 septembre 2019, de 9h à 16h30
Au Nouvel Hôtel, salle Maisonneuve-Dorchester, 1740, boul. René-Lévesque Ouest, Montréal

Il n’est pas rare que nos patients entrent dans nos cabinets chargés d’une honte consciemment ou inconsciemment ressentie. De l’embarras à l’humiliation ou à la mortification, la honte sous toutes ses formes peut être considérée comme l’émotion par excellence du sentiment d’indignité. L’expérience globale de toutes nos interactions ressemble souvent à celle de naviguer entre les eaux de la dignité et de l’indignité. Cet enjeu émotionnel majeur, façonnant plusieurs des thèmes émotionnels de nos patients (souvent aussi les nôtres), les dispose à contraindre ou à restreindre certaines expériences émotionnelles, dans le but d’éviter ces sentiments. Les capacités de résilience s’en trouvent alors limitées. Comment approcher cette honte sans humilier davantage? Qu’est-ce qui peut induire ou restaurer un sentiment de dignité chez nos patients? Comment les aider à assouplir leurs thèmes relationnels et stimuler leur résilience émotionnelle?

Puisant à même les avancées contemporaines de la psychanalyse relationnelle et de la Gestalt, Dre Lynne Jacobs élabore un modèle thérapeutique qui joint l’implication affective immédiate de l’approche humaniste à une attention soutenue à la dynamique des « thèmes relationnels persistants », une notion centrale en psychanalyse intersubjective contemporaine. Dans cette optique, le transfert n’est perçu ni comme une distorsion ni comme un inconvénient, mais plutôt comme un moyen d’avoir accès à ce que les intersubjectivistes (Atwood et Stolorow, 1984/2014) appellent les principes organisateurs de l’expérience personnelle.

En phase avec la tradition gestaltiste, Dre Jacobs prône le contact immédiat, de personne à personne, instant après instant, pour travailler ces thèmes relationnels persistants, décelables dans les émergences émotionnelles du parcours thérapeutique. En outre, tout en se préoccupant de l’incidence du sentiment de honte ou de dignité sur le comportement dialogique au sein de la relation thérapeutique, elle s’attache à explorer l’enchevêtrement de l’espoir et de l’appréhension chez les deux participants.

Vous recevrez le dépliant annonçant cette conférence dans l’envoi de juin du Psychologie Québec de l’OPQ. Parlez-en à vos collègues qui pourraient être intéressés. Pour plus d’informations et pour vous inscrire, visitez la page de cette 16e Conférence annuelle du GEI.

Cette 16e Conférence annuelle est reconnue par l’Ordre des psychologues du Québec pour 6 heures de formation continue en psychothérapie. No OPQ : RA02903-19.

Atelier clinique, avec Lynne Jacobs

Le dimanche 29 septembre 2018, de 10h30 à 13h
À l’Institut Québécois de Gestalt Thérapie (IQGT), 1801 boul. Saint-Joseph Est, Montréal

Les inscriptions à l'atelier clinique sont maintenant ouvertes à tous!

Comme d’habitude, nous profitons du passage de notre conférencière invitée pour tenir un atelier clinique avec un groupe restreint de participants. Une participante présentera son travail avec un(e) client(e) et, après un échange entre elle et notre invitée, la discussion sera ouverte à tout le groupe. Pour y participer, vous pouvez vous inscrire en ligne à partir de la page de cet Atelier clinique sur le site du GEI. Faites vite, les places sont limitées à 20 participants (il reste 10 places).

Activités internationales

42e Conférence annuelle de
l’International Association for Psychoanalytic Self Psychology (IAPSP)

Engaging Difference and Sameness:
Pathways to Empathic Dialogue

Du jeudi 17 au dimanche 20 octobre 2019
À Vancouver, BC

Cette conférence, sous la présidence de Maxwell Sucharov de Vancouver et d’Annette Richard de Montréal, sera à la recherche de réponses significatives et pertinentes à un monde de plus en plus troublé, traumatisé et traumatisant dans notre pratique de la psychothérapie. Par de nombreuses communications et échanges en plénière et en petits groupes, les participants exploreront notre contextualité multidimensionnelle constitutive, incluant les contextes politique, culturel, historique, de race, de genre, de classe sociale, et d’orientation sexuelle.

En portant attention aux multiples dimensions des différences et ressemblances telles qu’elles émergent dans le processus thérapeutique, nous espérons ouvrir davantage le dialogue empathique et contribuer ainsi à la transformation, non seulement de la dyade thérapeutique, mais aussi potentiellement à celle du milieu socio-culturel environnant.

Vous êtes cordialement invités à y participer, et à télécharger le programme de la Conférence qui contient les informations pour s’y inscrire. Un petit groupe de membres du GEI compte déjà y être présent.

Cette conférence est reconnue pour 26 heures de formation continue en psychothréapie et est admissible à votre dossier de formation continue à l'OPQ.

Pour éviter que les envois du GEI ne se retrouvent avec votre courrier indésirable (SPAM), il est possible d'ajouter jfbernard@aei.ca à votre carnet d'adresses ou à la liste des expéditeurs approuvés. Si cet envoi vous a été transféré par un collègue et que vous souhaitez plutôt vous abonner, veuillez nous écrire à envois@intersubjectivite.com en inscrivant « Abonnement » à la ligne « Objet » du message et en indiquant votre nom dans le corps du message. Si vous préférez ne plus recevoir les envois du GEI, veuillez répondre à cet envoi en inscrivant « Désabonnement » à la ligne « Objet » du message. Pour nous faire part d'un changement d'adresse courriel, veuillez répondre à cet envoi à partir de votre nouvelle adresse (ou nous l'indiquer dans le corps du message) et inscrire « Changement » à la ligne « Objet » du message. Par souci de protection des renseignements personnels nous ne transmettons à quiconque les noms ou adresses courriel de notre liste d'envoi, et celle-ci n'est utilisée par le GEI qu'aux fins des objectifs définis par sa charte.